05 MAI, JOURNEE MONDIALE DE LA SAGE FEMME

Une sage-femme en pleine consultation (photo alome.com)

Une sage-femme en pleine consultation (photo alome.com)

Elle fait partie du corps médical et occupe une place importante dans la vie de l’individu. Depuis les premiers jours de la grossesse jusqu’à l’accouchement sans oublier les consultations post-natales, la sage-femme est aux côtés de la femme, du nouveau-né, du couple, bref de la famille. Ce 05 mai, et comme depuis plus de 15 ans maintenant, la communauté internationale rend hommage à ces donneuses de vie.

« La sage-femme me donne trois comprimés que je prends devant elle à chaque consultation ». Cette réplique du spot publicitaire sur le traitement préventif intermittent en dit long sur le rôle joué par la sage-femme dans le développement de la grossesse.

Quel profil pour la sage-femme ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est qualifiée de sage-femme,  » personne qui a suivi un programme de formation reconnu dans son pays, a réussi avec succès les études afférentes et a acquis les qualifications nécessaires pour être reconnue ou licenciée en tant que sage-femme. Elle doit être en mesure de donner la supervision, les soins et les conseils à la femme enceinte, en travail et en période post-partum, d’aider lors d’accouchement sous sa responsabilité et prodiguer des soins aux nouveau-nés et aux nourrissons« .

La sage-femme veille sur la santé de la femme enceinte et du nouveau-né

La sage-femme veille sur la santé de la femme enceinte et du nouveau-né

Au Togo, c’est l’Ecole Nationale des Sages-Femmes (ENSF) qui est chargée d’offrir aux praticiennes de ce métier tant nationales que venues de l’étranger les connaissances nécessaires à l’exercice de cette fonction.

Des étudiantes de l'ENSF de Lomé (images archives)

Des étudiantes de l’ENSF de Lomé (images archives)

Créée en 1964, elle est accessible sur concours ouvert uniquement aux individus de sexe féminin. Jusqu’à un passé récent, elle était accessible à toutes celles qui étaient titulaires du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC). Mais depuis le début du troisième millénaire, il est exigé l’obtention du Baccalauréat avant d’envisager une formation à l’ENSF de Lomé.

Un profil qui a évolué dans le temps

Le métier de sage-femme existerait depuis l’Antiquité. Selon certaines études, les mères des célèbres philosophes Socrate et Aristote auraient pratiqué cette activité. Que ce soit dans la Rome antique ou dans d’autres grandes civilisations, la fonction de sage-femme a toujours été l’apanage de la gente féminine.

Pourtant, l’étymologie de cette appellation est contestée et toujours peu connue. Pour certains, le terme « femme » ferait référence, non pas à la praticienne mais plutôt à la parturiente, c’est-à-dire à la femme qui accouche.

Selon la définition proposée par la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1964), le terme désigne celle dont le métier est d’accoucher les femmes.

Le métier de Sage-femme est aussi exercé par les hommes

Le métier de Sage-femme est aussi exercé par les hommes

Si cette profession a longtemps été considérée comme féminine, il faut noter aujourd’hui que de plus en plus d’hommes l’exercent aussi. Si certains pensent qu’il faille les appeler aussi « sage-femme », d’autres optent plutôt pour l’appellation « maïeuticien ».

 

Arafat Afuane.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*