Interview de Cédric Lufiot, Promoteur du Festival Metro Acoustic : « Le Togo est une bonne école de formation culturelle. Il faut juste que l’on soit plus fédérateur dans les projets, qu’ils aient plus d’impacts ».

Le 25 mars prochain, s’ouvre à l’Institut Français du Togo la deuxième édition du Metro Acoustic. Après deux années de silence, l’évènement revient en passant au format Festival. Pourquoi ce changement ? Nous avons interrogé le promoteur de l’évènement, M. Cédric Lufiot. L’homme parle de l’évènement, de ses projets et du showbiz togolais. Lecture !!!

Metro Acoustic 

Bonjour monsieur Cédric Lufiot.

Bonjour! Merci de votre intérêt pour le festival.

Dans quelques jours, le 25 mars pour être précis, le Metro de la musique Acoustic débarque à l’Institut Français du Togo. A quoi doit s’attendre le public en faisant le déplacement ?

Le 25 mars, à l’Institut français du Togo,  on aura une scène live acoustique avec près de 15 artistes et instrumentistes et des performances graffiti avec SMI, Patriot et Trez. Il y aura aussi le décrochage des tableaux de l’exposition ‘Ballade Urbaine’.

Pour les profanes, c’est quoi la musique live acoustique ?

Une scène live acoustique est une scène où les instruments sont réduits au strict maximum…  Guitare,  Percussion (des fois une batterie), une voix et le piano. Cela dépend de chaque artiste et sa prestation. Pour le festival c’est plus des performances ou les artistes et instrumentistes auront un timing court (nous en avons 15).

Metro Acoustic est à sa deuxième édition après deux années de pause. Pourquoi avoir décidé, pour cette reprise, de passer en mode Festival au lieu du format Spectacle qu’on avait vu à la première édition ?

Après 2 ans, c’est la première édition (édition 2017).

On est passé au format « festival » parce que l’équipe avait décidé que c’était le moment d’aller vers la formation et le partage d’expérience entre les professionnelles et les jeunes artistes.

C’est pourquoi il y a deux grandes activités plus les scènes performances.

– la rencontre professionnelle autour du live acoustique en collaboration avec la chaine de télévision Africable,

– les 03 workshops : régie générale avec Ozdok,  artistes avec Adjo’a Sika et Lyne du groupe Elinam et instruments avec Gilbatt, l’un des meilleurs batteurs du Togo).

Au lieu d’un spectacle,  nous sommes donc passés à 03 jours d’activités intenses.

Metro

Vous êtes un manager culturel. On vous a vu faire vos premiers pas aux côtés d’un certain Christian Bégbessou sur le festival Africarythms. Ensuite, vous êtes partis pour le Mali où vous avez passé quelques années avant de revenir au Togo. Quelle appréciation faites-vous du showbiz togolais face aux autres pays de la sous-région ?

Oui j’ai suivi une formation de manager culturel mais je suis plus un apprenti régisseur d’évènement.  Je profite de l’occasion pour dire un grand merci au  » Boss » Monsieur Christian Bégbessou pour m’avoir donné la chance de débuter à ses côtés. On n’oublie jamais la maison d’où l’on sort. Et un clin d’œil aussi à mon formateur terrain Kodzo Ozdok.

Je voudrais rectifier un truc,  j’ai passé 02 ans au Mali en entreprise donc je n’ai pas fait beaucoup de projets culturels là-bas. Certes, j’ai traîné dans le milieu et les problèmes que l’on a ici sont les mêmes juste qu’au Togo,  les moyens financiers sont limités. On a du talent au Togo et il y a une certaine rigueur qu’on se met ici du côté créatif que les autres n’ont forcément pas. Le Togo est une bonne école de formation culturelle. Il faut juste que l’on soit plus fédérateur dans les projets,  qu’ils aient plus d’impacts.

M. Lufiot, Promoteur du Festivaal Metro Acoustic

M. Lufiot, Promoteur du Festival Metro Acoustic

Outre le festival Metro Acoustic, quels sont les projets de Cédric Lufiot pour la culture togolaise ?

Le festival fini,  ben le travail continue pour mener la culture togolaise à un sommet intéressant.

Déjà, mon boulot (rires) de régisseur me permet d’avoir une année chargée. Si Dieu veut bien je serais aux commandes des festivals #WAHH (Cotonou et Lomé), le festival #Tchale_Lekema, une participation au projet « Connais-tu mon pays le Togo? »,  aux festivals Afrotitud et Togoville Jazz et pleins d’autres à venir.

La structure Mr Lufiot que j’ai mise sur pied avec des amis s’attèle à bien faire la régie de chaque évènement culturel ou institutionnel.

Votre mot de la fin ?

Le festival une nouvelle expérience de la Musique… Notre slogan  » Vivons autrement la Musique« .

Faites le déplacement massivement,  il y aura aussi du graffiti avec SMI, Patriot et Trez…. Une tombola pour gagner des bons d’achats à la boutique Zara…  Le ticket a 1000 F CFA.

Merci à vous.

C’est moi qui vous remercie.

Propos recueillis par Badjem’na DJAONA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*